La maison du temps choisi

Mis à jour : juin 12




"La maison du temps choisi", un projet jugé utopique en 1984, devenu presque réaliste aujourd'hui. Une maison adaptée au télétravail; complètement écologique; facilitant une autre gestion du temps de travail, facilité par trois revenus.

Thème 1 : le télétravail, devenu à la mode depuis le codivirus, ce système est positif dans la mesure où il économise le temps et l'énergie des transports. Mais à deux condition : a) s'il est partiel et permet de maintenir le lien avec l'entreprise; b) si un espace de la maison lui est spécialement dédié afin de respecter les autres.


Thème 2: le développement durable. C'est une "écomaison". La maison est auto-constructible, on récupère l'eau, on autoproduit une partie de son énergie (solaire, isolation, etc.). Et on autoproduit une partie de son alimentation en utilisant des systèmes agri-aquacoles intégrés avec cultures hydroponiques.


Thème 3 : "la société des trois revenus" [1]. Revenu 1, le salaire productif, comme maintenant (enfin presque); revenu 2 : un "revenu d'existence" financé par un partage de la valeur ajoutée collective : on n'augmente pas indéfiniment le salaire productif direct (à cause des robots et de la concurrence des pays à bas salaire) mais on le complète autrement; revenu 3, un revenu "autonome", lié à tout ce que l'on fait pour soi, que l'on économise pour soi, que l'on fabrique et répare soi-même, que l'on cultive soi-même ou à proximité, que l'on échange, facilité par l'organisation de la maison. On encourage un autre partage du temps de travail : lisez "vivre à temps choisi, huit portraits imaginaires" : cliquez creativité.info/le coin personnel/utopies/8 portraits.

Ce projet élaboré avec un architecte créatif (Antoine Micholet) avait été encouragé par de nombreux penseurs (Michel Albert commissaire général du Plan ("je formule des vœux de réussite pour votre ambitieux projet"), Ricardo Petrella commission européenne (l'expérimentation sociale que vous essayer d'organiser me paraît nécessaire et pertinente"), Albert Tevoedjere, ("l'intérêt de cette expérience est indéniable"), Yoneji Masuda, Japon), (I fill deep interest to your basic concept". Hugues de Jouvenel, Futuribles, etc.).

Les pouvoirs publics français ont jugé ce produit utopique à l'époque (peut-être à juste titre…). Si vous l'aimez, emparez-vous en, transformez le, faites-le, et racontez-moi…

[1] [1] Guy Aznar. "La société des trois revenus". Revue Futuribles. 1987.










Me contacter:

Mail : aznarguy@gmail.com

Mes réseaux sociaux  :

  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône

Site créé par mon petit-fils Marius Aznar

Mail : mariusaznar99@gmail.com